• à 11h ce matin je vais au labo pour une prise de sang. Dès l'accueil le sketch commence.
    Acte I La secrétaire ne répond pas à mon bonjour ni à la formule consacrée pour lui souhaiter une bonne année. Elle se contente de plisser les yeux et de faire une grimace et je m'aperçois qu'en fait, elle m'ignore complètement puisqu'elle "discute" avec un collègue derrière moi. Je réitère mon bonjour et mes voeux et là elle me souhaite une bonne année aussi et me souhaite une bonne santé avant de se raviser en me souhaitant une meilleure santé. Je la remercie et lui réponds que c'est gentil mais que je ne suis pas malade et elle bredouille alors qu'elle me souhaite de bons résultats. Je rigole en lui disant que c'est aussi ce que j'espère.

    Acte II L'infirmier appelle Mme Favier. Il n'y a qu'un monsieur et moi-même dans la salle d'attente. Je ne réponds pas. Il appelle de nouveau Mme Favier. Je lui demande s'il s'agit vraiment de Mme Favier et il me répond "oui bien sûr" tout en relisant le dossier et là il se reprend en disant "Heu... Mme J.....". Je me lève et je le suis. Il pousse un gros soupir sans s'excuser de son erreur ni de m'avoir quelque peu rabrouée.

    Acte III Dans la salle de prélèvement, je lui tends une perche en m'excusant de n'avoir pas réagir à son appel car que je n'avais pas reconnu mon nom. Là il pousse un gros soupir en me disant que c'est parce qu'il commence à en avoir marre car il a déjà vu beaucoup de monde depuis ce matin. Je lui réponds que ça ne me rassure pas trop ce qu'il me dit et il essaie de se rattraper en me disant qu'il n'a plus trop les yeux en face des trous. Je suis estomaquée mais je lui réponds que loin de me rassurer, ce qu'il me dit renforce ma méfiance et là il me dit qu'il n'y a aucune raison parce qu'il ne s'est pas encore trompé ce matin ! Il était très sérieux et je vous assure que ce n'était pas de l'humour. Malgré tout, ça m'a fait rire et me suis installée pour la prise de sang.

    Acte IV Pendant qu'il me piquait et me prélevait du sang, je lui ai demandé s'il était là depuis très tôt le matin. Il m'a dit :" Oh oui !!! Depuis 7h !!!". Je lui ai alors dit qu'il n'y avait plus qu'à patienter un peu, que sa journée serait bientôt finie et là il me dit très sérieusement "Ah ben non, la journée sera encore longue ! " Je lui demande à quelle heure il termine et il me répond à 13h ! Je reste sans voix. Il ajoute que ce qui l'embête le plus, c'est son ventre qui gargouille. Je lui demande s'il n'a pas de pause pour manger un petit en-cas et il me répond : "Ben non, faut toujours qu'il y ait des gens qui arrivent quand je veux prendre une pause !". Je ris et je lui dis que je suis désolée de l'avoir privé de pause. Il ne répond pas et me raccompagne vers la sortie. J'en ris encore !

    Ceci dit, il a fait ma prise de sang de façon très professionnelle et je n'ai absolument rien senti. Je n'ai même aucune marque... Espérons juste qu'il ne se soit pas trompé dans les étiquettes !

    Et vous, vous seriez resté ?


    4 commentaires
  •  

    Coup de gueule !

    Comment nous les indépendants pourrons-nous survivre si on augmente encore nos cotisations alors que nous sommes déjà au maximum de ce que nous pouvons supporter ???

    Je ne demande pas qu'on diminue les prestations sociales des salariés mais qu'au moins nous, qui sommes les plus grands employeurs du pays, soyons mieux considérés et que nous puissions avoir une protection sociale qui nous permette de nous arrêter lorsque nous sommes malades, qui nous permette de nous faire soigner correctement et qui nous permette d'avoir une retraite décente.

    Parce qu'il faut être indépendant pour savoir qu'à moins de générer de très gros chiffres d'affaires, beaucoup d'entre-nous ne peuvent pas s'assurer correctement et encore moins prendre des assurances complémentaires hors de prix.

    Voilà, c'était mon coup de gueule du jour !

    Pin It

    9 commentaires
  • On croit être à des années lumières des faits divers qui font la une des médias et puis un jour...

    Un jour vous regardez le journal tv et vous apprenez qu'une fillette de 12 ans à peine s'est donné la mort chez elle avec le fusil de chasse de son papa.

    Vous vous dites que c'est dramatique et que cette fillette a vraiment du vivre des moments très difficiles pour en arriver à ce geste désespéré.

    Vous vous dites qu'heureusement, vous n'êtes pas concernée parce que vous avez échappé à ce drame. Et puis... vous consultez tranquillement votre compte FaceBook et vous découvrez que cette fillette est une proche parente de votre belle-soeur....

    Et là vous découvrez d'un coup que non, ça n'arrive pas que chez les autres ! Personne n'est à l'abris de ce genre de drame et il faut vraiment être vigilant avec nos enfants.

    Avec les miens, je suis tranquille maintenant car ils sont grands, mais je ne peux m'empêcher d'angoisser pour mes petits-enfants. Ils ne sont pourtant pas encore bien grands, l'aîné vient d'entrer en maternelle, mais le monde dans lequel ils évolueront sera-t-il moins violent ? J'espère vraiment que oui !!!

    J'espère que tous ces drames dont nous avons eu connaissance ces dernières années, finiront par faire prendre conscience du réel danger que nos enfants courrent dans les cours d'écoles.

    Le fait de vivre dans les quartiers chics ne nous met nullement à l'abris car les enfants sans repères, dénués de tout sens moral ou totalement déresponsabilisés par leurs parents évoluent autant dans les couches aisées que modestes de notre société. La violence est partout, qu'elle soit verbale ou physique et il est très dangereux de la banaliser autant. On voit où ça mène.

    Combien de fois je me suis offusquée de la réponse désinvolte de certains instits ou profs lorsqu'un de mes enfants se plaignait de violences subies dans l'enceinte de l'école ou du collège ?

    Au collège, l'une de mes filles a été poussée dans les escaliers et a eu la tête écrasée dans sa purée à la cantine. Elle a subit des insultes parce que son père et moi divorçions. Ma fille a finit par se confier à moi, heureusement !

    Dans mon ancien quartier (pourtant bien sous tout rapport) mon fils a été victime d'un jeu appelé "la couille au poteau". Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'attrapper un garçon par les bras et les jambes et de claquer son entrejambe contre un poteau. Mon fils n'osait pas m'en parler parce qu'il admirait les garçons qui lui faisaient subir ça et comme il avait du mal à se faire des amis, il pensait qu'en se taisant, il serait admis dans leur groupe. C'est sa démarche mal assurée et certaines confidences faites à l'une de ses soeurs qui m'ont alertée.

    Au collège, à 2 reprises il a été attrappé dans les vestiaires et d'autres collégiens l'ont déshabillé de force. Un petite humiliation qu'ils trouvaient sans doute marrante et pas bien méchante... mais mon fils angoissait tellement qu'il me demandait des dispenses de sport et c'est ainsi que j'ai découvert ce qui se passait.

    A la maternelle, la plus jeune de mes filles a été martyrisée par d'autres enfants de son âge (5 ans à peine ! ) parce que son petit frère était décédé. Les enfants se moquaient d'elle et de sa tristesse et la harcelait sans relâche. Ma fille n'osait rien me dire car elle ne voulait pas ajouter à mon chagrin... C'est la maman de sa meilleure amie qui m'a alertée car sa fille s'était confiée à elle car ma fille lui faisait vraiment trop de peine...

    J'ai toujours été alertée et j'ai toujours pu agir pour que ça s'arrête vite. Mais combien d'enfants subissent ce genre de violences sans que jamais leurs parents ne l'apprennent ? Souvent, ils ont honte d'en parler et hésitent à se confier aux adultes.

    Alors, en mémoire de Pauline, soyez vigilants avec vos enfants afin que pareil drame ne se reproduise plus jamais.

    Soyez d'autant plus vigilants si votre enfant a du mal à se faire des amis, soit parce qu'il travaille trop bien ou qu'il est en difficulté scolaire, soit parce qu'il porte des lunettes ou un appareil dentaire, soit parce qu'il a les cheveux frisés, qu'il est trop petit ou trop grand, trop gros ou trop maigre, issue d'une famille trop aisée ou trop modeste etc etc

    A l'école, tout est prétexte à harceler d'autres enfants. Au collège, il ne fait pas bon sortir du lot et pour ceux dont c'est le cas, de petits tyrans leur mènent la vie vraiment dure. Il faut vraiment rester attentifs au moindre signe de changement. Mutisme, hyperactivité, insomnie, agressivité,... sont des signes qui doivent absolument vous alerter ! 

    Et ne perdez pas non plus de vue que vos petits anges, pourraient aussi s'avérer être les bourreaux d'autres enfants !

    Demain auront lieu les funérailles de Pauline et toutes mes pensées accompagnent ma belle-soeur et sa famille.

    RIP Pauline

    Pauline

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  • A votre avis, combien de mes 43 "amis" Facebook s'intéressent à mon blog ? D'après le nombre des abonnés à mes articles, je dirais 1 seul : mon chéri !

    C'est sympa de constater à quel point ma famille et mes amis s'intéressent réellement à moi alors que par ailleurs 14 parfaites inconnues (vous mes copinautes) prennent de leur temps pour lire mes articles, apprécier et encourager mes réalisations et me laisser des commentaires !

    J'ai eu 3 commentaires de ma famille (excepté mon chéri) en 2 ans d'existence de mon blog. Je pensais naïvement qu'être amis ou être de la même famille signifiait que l'on était censés s'intéresser les uns aux autres, à ce que l'on fait, à ce que l'on aime, à ce qui nous passionne... c'est pour ça que bêtement, je laisse des commentaires sur leurs statuts FB et que je leur pose des questions lorsque ceux-ci sont un peu obscurs ou que je sens que ça ne va pas bien.

    Je suis inscrite sur leurs blogs lorsqu'ils en ont un et qu'ils m'ont communiqué l'adresse. Je laisse des commentaires sur leurs articles mais chez certains j'ai arrêté de le faire quand ils ne me rendaient pas la politesse...

    Il m'a semblé en lisant vos blogs que je ne suis pas la seule à vivre cette situation, celle d'avoir un blog complètement délaissé par famille et amis. Comment le vivez-vous ? Avez-vous fait quelque chose pour faire changer la situation ? Si oui, qu'avez-vous fait ?

    Pour ma part, j'ai déjà fait passer le message, sans succès. Alors, comme j'estime que mon temps est au moins aussi précieux que le leur, j'envisage d'arrêter FB (très chronophage) et d'accorder davantage de temps aux personnes que j'intéresse vraiment en publiant plus régulièrement sur mon blog.

    Mais je ne veux pas non plus être injuste et il faut que je reconnaisse aussi que certains "amis" Facebook ont relayé l'adresse de mon blog sur FB ainsi que les messages concernant des articles à vendre. Qu'ils en soit ici publiquement et très sincèrement remerciés. Je remercie également celles et ceux qui m'ont passé commande.

    Est-ce que ça ferait de moi quelqu'un d'exigeant et d'égoïste si je leur disais que j'attendais un peu plus d'eux, si je leur disais que j'attendais qu'ils fassent aussi vivre mon blog ?

    Quel intérêt d'écrire si ce n'est pour être lu ? Quel intérêt d'être lu si on ne le sait pas ? Voilà à quoi servent les commentaires, à montrer que l'on a lu ce que j'ai mis du temps à écrire, à marquer un intérêt pour moi en somme...

     

    Alors mes chères copinautes, vous que je n'ai pas besoin de supplier pour que vous me laissiez des commentaires, dites-moi ce que vous pensez de tout ça.

    En attendant de vous lire, je tiens chaleureusement à remercier chacune d'entre vous de me suivre (depuis 2 ans pour les plus anciennes), je vous remercie de votre soutien, de vos encouragements et de votre amitié.

     

    Pin It

    16 commentaires